Rechercher

Astuce n° 2 pour muscler ton estime personnelle : mise sur tes forces

Nous sommes combien, dans la salle, à nous concentrer sur l’unique mauvaise nouvelle de la journée, la laissant ainsi gâcher de beaux moments? À penser que nos faiblesses sont un frein à nos projets? À amoindrir nos succès parce que, dans le fond, c’étaient juste « des coups de chance »? Nous sommes nombreux à agir de la sorte. Et notre cerveau est en grande partie responsable de ce phénomène...


À la sortie du premier tome de ma trilogie B.O.A., en septembre 2017, j’ai reçu beaucoup de commentaires positifs. Pourtant, j’ai laissé une critique négative gâcher mes fêtes de fin d’année. Je l’ai laissée tout remettre en question : mon travail, mes efforts, ma crédibilité, mon talent (à la longue, j’ai fini par me dire que j’en avais peut-être quand même un petit peu) et, pire que tout, mon envie de continuer à écrire. J’ai vécu une CRISE en majuscules et en lettres de néon. Ça m’a dévastée.


Après les fêtes, j’ai commencé à recevoir de nombreux messages de lecteurs. Des messages d’amour. Des messages positifs. Ils avaient aimé le livre. Certains l’avaient même « adoré ». J’ai alors pris du recul pour essayer de comprendre ce qui s’était passé, parce que je savais que d’autres critiques négatives viendraient, et je voulais m’y préparer.


Pourquoi cette critique négative (enfin, disons-le, elle était carrément virulente) avait balayé en une fraction de seconde des mois, voire des années de travail et de passion?


Bon, déjà, je vis avec un méchant syndrome de l’imposteur, alors cette critique m’a renvoyée à mes doutes. Mais en discutant de cette situation avec des gens autour de moi, j’ai remarqué que tout le monde (ou presque) avait un jour ou l’autre été touché par ce phénomène. J’ai alors découvert que notre cerveau est en grande partie responsable de notre capacité à occulter le positif pour nous concentrer sur le négatif.


Ça s’appelle le « biais de négativité ».


Selon Patrik Vuilleumier, professeur à la Faculté de médecine de Genève, « il existe un biais négatif qui permet de retenir rapidement des expériences négatives, notamment via l’activation de circuits cérébraux spécialisés dans le contrôle des émotions ». Je vous invite à lire sa réponse complète en cliquant ici, mais, en gros, les événements négatifs laissent une trace plus profonde dans notre organisme que les événements positifs, c’est physiologique. Ce mécanisme nous permet d’enregistrer plus facilement les situations de danger afin d’y répondre rapidement si elles surviennent de nouveau.


Ainsi, nous avons tendance à d’abord voir les défauts d’un inconnu avant ses qualités. Bien entendu, nous ne faisons pas de cadeau à notre petite personne.


Mon amoureux (qui est enseignant) me raconte souvent comment des jeunes de son école dramatisent une note inférieure à leur moyenne alors qu’ils ont habituellement des notes excellentes. « Mais, vous ne comprenez pas, monsieur, c’est une catastrophe, ça fait baisser ma moyenne, mes parents vont me tuer! » Oui, et toutes tes autres notes, alors, t’en fais quoi? « Bah, celles-là, elles sont juste normales. » Ces jeunes sont-ils conscients qu’ils minimisent verbalement leurs bons coups? Si on en croit les résultats de nombreuses recherches, il semble que non.


Et les adultes aussi agissent de la sorte. Tiens, une personne a beau nous dire régulièrement qu’on est beau, doué, pétillant, rigoureux et j’en passe (et peut-être même tout ça en même temps), on lui sautera à la gorge le jour où une remarque moins reluisante osera franchir la frontière de ses lèvres. Moi la première, j’avoue.


MISE SUR TES FORCES!

J’ai l’habitude de répéter à mes enfants que tout, dans la vie, est une question de point de vue. Notre regard sur nous, sur les autres et sur les événements qui nous touchent ne fait pas exception.


Ce que j’ai appris, ces dernières années, c’est que nous avons tous le pouvoir de choisir. À partir du moment où on prend conscience que notre cerveau nous joue des tours (à cause de ce « biais de négativité »), on a le pouvoir de riposter. En intellectualisant un minimum ce qui nous arrive, on peut se détacher un peu de nos émotions, réfléchir à la situation et contre-attaquer avec une épée forgée dans le positif.


Le conseil que je donne aux jeunes que je rencontre dans les écoles est donc le suivant : mise sur tes forces. Pour se respecter, il est important d’avoir conscience de ses limites (et tu auras remarqué que je ne parle pas de « défauts »), mais elles ne doivent pas prendre toute la place. Je les incite à faire la liste de toutes les choses qu’ils savent faire, de toutes les choses qui les rendent fiers, et à revoir cette liste régulièrement (pour rappel, mais aussi pour la mettre à jour, car on acquiert tout un tas de nouvelles compétences au fil du temps).


Ma fille de dix ans, par exemple, a de gros troubles d’apprentissage, mais elle est aussi excellente en sport. Alors, certes, elle finit souvent ses exercices la dernière en classe, et ses copies sont maculées d’encre rouge. Toutefois, quand elle se trouve dans un gymnase, elle performe et se sent parfaitement bien. Et ce n’est pas tout! Elle est aussi généreuse, souriante et empathique, entre autres choses, et nous travaillons ensemble à faire en sorte que ce soit ces mots-là qu’elle voit dans le miroir quand elle s’y regarde. Pour renforcer son estime personnelle. Pour qu’elle s’habitue à voir le soleil qui se cache, parfois, derrière les nuages.

Parce qu’il est toujours là, le soleil, même quand on ne le voit pas.


De même, nous restons la personne que nous sommes, même dans les moments difficiles. Nous sommes plein de ressources, mais personne n’est parfait, et il faut l’accepter. C’est ça, être bienveillant avec soi-même (vous vous rappelez?). C’est ça, se donner de l’amour.


Allez, je te laisse avec la liste des trois prochaines astuces. En attendant, prends soin de toi. Et n’oublie pas : tu es une personne merveilleuse, avec tes forces et tes limites.


ASTUCE 3 : Souris à l’échec

ASTUCE 4 : Félicite-toi

ASTUCE 5 : Sois toi-même (et seulement toi)


Pour en savoir plus sur les animations scolaires que j'offre dans les écoles, c'est par là : https://www.magalilaurent.com/animations

24 vues

© 2013 by MAGALI LAURENT